12
Sep 2013

Objets connectés : Apple lance la iCasserole !


Salut les petits lapins, Comment ça va ? les vacances se sont bien passées j’espère. Moi je suis allé en Normandie et il a fait très beau et j’ai gagné à la pétanque, c’est gentil de demander :). Seulement voilà, c’est la rentrée, il fait moche, et il nous faut faire face à un état …


Salut les petits lapins, Comment ça va ? les vacances se sont bien passées j’espère. Moi je suis allé en Normandie et il a fait très beau et j’ai gagné à la pétanque, c’est gentil de demander :). Seulement voilà, c’est la rentrée, il fait moche, et il nous faut faire face à un état d’alerte : l’envahisseur est à nos portes ! Eh oui, car pendant qu’on faisait des pâtés avec les gosses, l’usage de l’internet mobile a continué sa fulgurante percée (1). La dépendance avérée à l’égard de nos smartphones et tablettes n’était que le préambule à un phénomène de masse bien plus important : L’invasion protéiforme des bidules connectés ! (la casserole d’Apple c’est des conneries, c’était juste pour vous faire cliquer) (1) 10% en 2007 > 40% en 2012 selon l’insee • http://bit.ly/199yoj5 [divider]

L’invasion est imminente :

Montres Connectées

Bientôt grâce à Samsung, Apple et les autres on parlera à notre montre dans la rue ! Vivement …

Paires de lunettes, montres, téléviseurs, voitures, compteur EDF, etc … Y’en a pour tous les goûts et toutes les tailles, wouah, ça à l’air trop sympa ! La montre Galaxy Gear de Samsung par exemple permet de prendre en photo sa nourriture pour signaler s’il s’agit d’un aliment gras ou autre (2), trop sympa j’vous dis ! Mais ces geekeries 3.0 sont avant tout des machines à collecter la data au service des annonceurs de tous horizons. Dument interprété, un tel flux de données archi-qualifiées jaillissant à gros bouillon a légitimement de quoi faire saliver… Prenons l’exemple du masque de montagne connecté de chez Recon Instrument. Sa fonctionnalité première est de dispenser en temps réel vos performances via un écran micro LCD intégré. Embarquant un gps, un gyroscope et tout le toutim, il est à même de déterminer qu’il est 16h30, que vous êtes sur la remontée mécanique vous ramenant à la station et que vous avez bourré comme un âne toute la journée et que vous avez soif. Le moment idéal pour une petite promo sur l’happy hour au bar du club Pierre & Vacances (vient, y’a d’la meuf en plus), ou sur le potentiel de glisse du dernier snowboard Rossignol « qui ira trop bien avec ton style de glisse, mec ! ». En voilà un beau challenge ! Innovant, stimulant, valorisant et lucratif, ça fait rêver. Mais gaffe, comme tout virage, s’il est mal anticipé, c’est gravier … Il faut dès maintenant préparer le changement et prendre les bons plis. Par chance, la comète des objets connectés bien qu’observable sans télescope n’est à ce jour pas encore entrée dans l’atmosphère du quotidien de nos utilisateurs; ça laisse un peu le temps de voir venir. Alors on fait quoi ? (2) source : http://kulturegeek.fr). [divider]

On capitalise sur l’expérience mobile :

Votre opérationnel et vous-même disposez là d’un vivier d’expérimentation conséquent et bien documenté. Le marche-pied idéal vers la sphère des objets connectés. Admettons que vous partiez de zéro, faites-vous les dents sur des petits projets de com’ interne puis proposez à vos clients du contenu web adapté au desktop, aux tablettes et aux mobiles. Un site promotionnel en une page pour le lancement de son prochain produit par exemple. Soyons responsive ?! Pour rappel, le responsive est un process d’intégration web permettant au contenu de s’adapter en fonction de la taille de l’écran que lequel il est présenté (3). C’est une bonne technique dans la forme, mais sans une stratégie de contenu adaptée au device, elle est selon moi inadaptée dans la plupart des cas. Exemple : Il pleut, vous marchez dans la rue, en retard et vous cherchez l’adresse de votre rdv sur la page d’accueil de son site responsive, vous n’avez a priori que faire des dernières news, du mot du président et de la galerie photo de la dernière séance de team building. Et pourtant elles sont là, ces infos, entre vous et l’information que vous cherchez. Soyons « mobile first » plutôt … Le courant de pensée Mobile First met en avant la nécessité de répondre au besoin de l’utilisateur mobile à l’instant T. Grosso modo ça veut dire simplifier à mort l’accès au contenu en gardant à l’esprit les 3 comportements de l’utilisateur mobile selon Google : « Urgent now, repetitive now, bored now » (4). Mais alors, les montres, les téloches et le reste… Il va falloir étudier les habitudes des utilisateurs sur chacun des devices ? Il va falloir à chaque nouveau must-have connecté remettre le travail sur l’ouvrage ? Selon l’opportunité pour vous ou vos clients, la réponse est oui, bien sûr ! (3) Plus d’infos sur le responsive dans l’article de Robin sur ce même blog. (4) Pour plus d’infos, lisez « Mobile First » par Luke Wroblewski – Eyrolles [divider]

On passe l’opérationnel en Super Saiyan 2 !

Ultimate Fusion

Si ce n’est pas déjà le cas : – Les développeurs doivent se mettre en mode R&D++. Accordez-leur un temps de veille conséquent sur l’évolution des différents devices et l’opportunité de tester des nouveaux trucs sur différents supports (a priori ça devrait pas leur déplaire en plus ;) ). Ils seront à même d’être force de proposition sur les mécaniques en pré-prod et de fournir une expérience fiable techniquement (la base). – Chargez le ou les DA de se trouver un bon UX designer avec qui fusionner (au sens figuré, hein, parce qu’au sens propre ça pourrait tâcher la moquette). Comprenez que les DA doivent opérer une veille active et une réflexion nourrie sur les comportements utilisateurs, les personas et le neuromarketing. Ils seront à même de proposer les axes graphiques d’expériences digitales adaptées aux besoins, aux envies et aux habitudes des utilisateurs ciblés (le fond). – Les webdesigners doivent savoir intégrer leurs créas, a fortiori en responsive (qui je le répète est une technique valable si elle est accompagnée d’une stratégie de contenu adaptée). Ils seront à même de décliner les axes graphiques dans un contexte adapté aux différents devices des utilisateurs ciblés (la forme). Dans l’éventualité où vous n’auriez pas d’équipe dédiée à gérer, enrichissez votre écosystème de partenaires et de prestas sur les bases susdites pour être prêt le moment venu. [divider]

On reste zen et ouvert, zouvert en quelque sorte !

Les opportunités liées aux objets connectés sont étourdissantes, fait aggravant puisqu’il s’agit d’innovations, pas de business model éprouvé sur lequel se reposer. Eh bien tant mieux ! Fiez-vous à votre instinct, avancez progressivement et sereinement (comme on dit : un con qui marche…) Les réseaux sociaux et les fils de discussion sont une fois de plus un vecteur privilégié non seulement pour la veille mais pour financer concrètement vos premiers projets : Sur kickstarter, le projet isketchnote d’ISKN a récolté en 3 jours plus du double de son objectif fixé de 35000$, il reste 27 jours… Allez salut les petits lapins, geekez pas trop tard !
Charles Epinette

Directeur Artistique @onprenduncafe.